déc. 03,2014

Jeu questionnaire sur la prévention et le contrôle des infections

La grippe saisonnière touche des millions de Canadiens chaque année. Très contagieuse, elle se propage rapidement. Chaque année, elle entraîne environ 12 000 hospitalisations et 3 500 décès en moyenne. Pourtant, quand on connaît les principes et pratiques standards en matière de lutte contre l’infection, on peut freiner la transmission de la grippe et d’autres maladies infectieuses.

1) 1. Si on porte des gants pendant les soins, l’hygiène des mains n’est pas nécessaire.
Vrai ou faux

2) Le service de prévention des infections vous informe qu’un patient peut être pris en charge en suivant les procédures habituelles. Cela veut dire que :
a) Le patient n’a aucune bactérie et ne pose aucun risque pour le personnel et les autres patients.
b) Les soins à fournir ne sortent pas de l’ordinaire et ne posent pas de risque d’infection.
c) Une évaluation des risques devrait être effectuée avant les soins et l’ÉPI doit être porté si la situation et les soins le justifient.

3) La façon la plus efficace de se protéger soi-même de la grippe ainsi que sa famille et ses patients est de :
a) Porter un masque chirurgical en tout temps au travail.
b) Rester chez soi en cas de symptômes respiratoires.
c) Se faire vacciner chaque année contre la grippe et encourager sa famille, ses collègues et ses patients à en faire autant.
d) Ne pas aller travailler de novembre à avril.

4) Quand les mains portent des traces visibles de saleté, la meilleure méthode pour les nettoyer est d’utiliser un désinfectant pour mains à base d’alcool.
Vrai ou faux

5) Quelle partie du corps n’est pas considérée comme un point d’entrée pour les bactéries?
a) Les yeux
b) Le nez
c) La bouche
d) La peau intacten

6) Le SARM et les autres organismes multirésistants aux médicaments peuvent être transmis par :
a) De l’équipement médical partagé entre plusieurs patients sans être convenablement désinfecté entre les patients
b) Les mains des travailleurs de la santé qui ne suivent pas les indications de « Quatre moments pour l’hygiène des mains »
c) Les surfaces qui ne sont pas correctement nettoyées
d) Toutes ces réponses

7) S’il n’y a pas d’avis sur la porte d’un patient ou dans son dossier pour indiquer que ses soins requièrent des précautions supplémentaires, il n’est jamais nécessaire de porter un ÉPI pour lui donner des soins.
Vrai ou faux

8) Vous travaillez un vendredi soir et des symptômes apparaissent chez plusieurs patients qui vomissent et ont des diarrhées. Vous devriez :
a) Attendre lundi matin et contacter les services de prévention des infections
b) Ne rien faire, puisque l’équipe de jour s’en occupera
c) Instaurer des précautions à prendre lors des contacts, noter les symptômes dans leur dossier et suivre les procédures de l’établissement en matière de signalement d’une éclosion présumée
d) Ignorer la situation et faire comme si vous n’aviez rien remarqué d’inhabituel

9) Quand on évalue un patient, lui poser des questions sur ses voyages récents est important parce que :
a) C’est une bonne manière de briser la glace
b) Ça peut donner des idées de voyage
c) Ça peut fournir des informations utiles pour le diagnostic et accélérer ainsi le traitement et la prise en charge

10) La plupart des infections associées aux soins de santé transmises aux patients proviennent :
a) Des mains du personnel soignant
b) De salles de bain mal nettoyées
c) De la nourriture

11) Pour bien utiliser un désinfectant pour mains à base d’alcool il faut :
a) L’appliquer et agiter les mains jusqu’à ce qu’elles soient sèches
b) En appliquer suffisamment et se frotter les mains pendant au moins 15 secondes pour s’assurer de tout couvrir : l’intérieur, l’extérieur, entre les doigts, les ongles et les pouces
c) L’appliquer et se frotter les paumes l’une contre l’autre pendant 10 secondes
d) En appliquer quand on voit des employés des services de prévention des infections dans son unité

12) L’ordre dans lequel on enlève son ÉPI n’a pas d’importance, tant qu’on se lave les mains avant d’aller soigner un autre patient.
Vrai ou faux

Avec l’aimable autorisation de Prévention et contrôle des infections Canada

Réponses

Réponses

1) Faux. Les gants ne protègent pas à 100 % et leur utilisation prolongée peut créer un milieu idéal pour la multiplication des bactéries. Il faut se laver les mains avant de mettre des gants et après les avoir enlevés.

2) c) Une évaluation des risques devrait être effectuée avant les soins et l’ÉPI doit être porté si la situation et les soins le justifient.

3) c) Se faire vacciner chaque année contre la grippe et encourager sa famille, ses collègues et ses patients à en faire autant.

4) Faux. Ces désinfectants ne peuvent pas pénétrer la saleté pour tuer les organismes. Il faut suivre les procédures de lavage des mains avec de l’eau et du savon pour les débarrasser de tous les organismes et de toute trace de salissure visible.

5) d) La peau intacte

6) d) Toutes ces réponses

7) Faux. Il faut procéder à une évaluation des risques avant de fournir des soins au patient et porter un ÉPI si le risque et les soins le justifient.

8) c) Instaurer des précautions à prendre lors des contacts, noter les symptômes dans leur dossier et suivre les procédures de l’établissement en matière de signalement d’une éclosion présumée.

9) c) Ça peut fournir des informations utiles pour le diagnostic et accélérer ainsi le traitement et la prise en charge.

10) a) Des mains du personnel soignant

11) b) En appliquer suffisamment et se frotter les mains pendant au moins 15 secondes pour s’assurer de tout couvrir : l’intérieur, l’extérieur, entre les doigts, les ongles et les pouces.

12) Faux. Il est important d’enlever correctement son ÉPI pour éviter de se contaminer soi-même ou de contaminer l’environnement.

Jeu questionnaire sur la prévention et le contrôle des infections

comments powered by Disqus